La médaille miraculeuse : une histoire particulière

L’histoire étonnante de la médaille miraculeuse

Source: Pixabay

Une apparition dans une chapelle, la bataille d’une soeur et l’arrivée d’une épidémie mortelle, voilà les ingrédients qui composent le succès de la médaille miraculeuse, le bijou de la Vierge le plus vendu. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur cette histoire pas comme les autres qui résonne aujourd’hui encore dans le coeur de nombreux croyants.

 

Une apparition dans une chapelle

En 1830, au 140 de la rue du Bac à Paris, soeur Catherine Labouré, alors encore novice dans son couvent, fit une confession des plus singulières : la Vierge Marie lui serait apparue pour lui intimer une suggestion particulière.

Catherine précisa que Marie lui aurait demandé de faire frapper une médaille à son effigie, lui donnant tous les détails nécessaires à sa fabrication et à son port lors de deux autres apparitions. La confession ne passe pas inaperçue, mais les débuts de la médaille miraculeuse ne sont pas de tout repos.

 

Les débuts de la médaille miraculeuse

Alors que les apparitions continuent, Catherine Labouré perd patience et se montre de plus en plus insistante lors de ses confessions. Lui intimant de n’en parler à personne, le confesseur de Catherine en fait tout de même part à l’archevêque de Paris, sans jamais mentionner l’identité de la nonne.

Surpris, l’archevêque de Paris ne voit pas d’objection à faire frapper une médaille contenant tous les détails précisés par Catherine Labouré. En quelques mois, plusieurs médailles sont créées et l’archevêque est l’un des premiers à en recevoir une.

 

L’épidémie de choléra de Paris

En février de l’année 1832, une terrible épidémie de choléra frappe la capitale et fait plus de 20 000 morts. Quatre mois plus tard, les premières médailles sont distribuées par les soeurs à la population de Paris et leur succès est immédiat. On leur attribue rapidement des guérisons miraculeuses et les conversions à la religion catholique se multiplient.

En 1834, on qualifie le bijou de “médaille miraculeuse” sans qu’elle n’ait encore fait l’objet d’aucune enquête ecclésiastique. À cette date, le lien avec Catherine Labouré n’a toujours pas été établi, mais la réputation de la médaille est déjà faite.

Source: Arthus Bertrand

Une diffusion impressionnante

La fameuse enquête canonique est enfin lancée en 1836 où l’on fait état d’une vision spirituelle dont la véracité est prouvée par la multiplication des apparitions. Catherine Labouré continue son travail dans l’ombre, son nom n’étant toujours pas mentionné. Chaque nouveau tirage connaît un succès monumental. À la mort de la nonne, en 1876, près d’un milliard d’exemplaires du bijou ont été écoulés.

Aujourd’hui, la médaille miraculeuse est l’un des bijoux les plus prisés dans la religion catholique. La plupart des bijoutiers proposent la version exacte dictée par la Vierge, dont le créateur Arthus Bertrand, spécialisé dans la confection de bijoux religieux. En choisissant une médaille miraculeuse Arthus Bertrand, vous êtes sûr de bénéficier d’un bijou d’excellente qualité que vous pourrez garder pendant des années.

De tous les bijoux représentant la Vierge, la médaille miraculeuse est sans doute la plus sacrée. La prière qui y est apposée sur le pourtour, en référence aux grâces accordées par la Vierge, est aussi une représentation de l’Immaculée Conception. Les détails rappelant la Genèse et le sacrifice de Jésus y sont également nombreux. S’il y a bien une médaille à avoir, c’est celle-ci.